Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Ophtalmologie

Présentation 

Depuis quelques années, l'ophtalmologie est une des spécialités les plus choisie à l'issue de l'ECN. Les raisons de cette popularité sont diverses.

Tout d'abord, il s'agit d'une spécialité dite « médico-chirurgicale » et même « médico-technico-chirurgicale ».

Il existe un éventail de pathologies très vaste, bien plus que la vision donnée par l'externat et la préparation de l'ECN. De nombreux ophtalmologistes sont d'ailleurs surspécialisés : glaucome, cornée pathologique et chirurgie réfractive, pédiatrie, paupière et orbite, segment postérieur, inflammation et uvéites, neuro-ophtalmologie, contactologie, etc.

L'ensemble de la prise en charge est en évolution constante avec de nombreux outils diagnostiques (par exemple, dans les dernières évolution, l'OCT-angiographie qui permet de visualiser des vaisseaux rétiniens sans injection ou l'optique adaptative qui permet la visualisation des photorécepteurs) et thérapeutiques (allant de la voie intra-vitréenne et de ses nouvelles molécules qui devraient bientôt être commercialisées dans la DMLA aux implants rétiniens, qui sont posés dans 3 centres en France dont Bordeaux, en passant par les lasers de chirurgie réfractive et les implants dans le glaucome). En ce sens, le CHU de Bordeaux participe à de nombreuses études.

Malgré l'omniprésence de la technologie, notre spécialité permet tout de même de conserver une relation patient-médecin privilégiée, avec un examen clinique systématique, souvent la possibilité de donner un diagnostic rapide au patient et lorsqu'une thérapeutique est proposée, la résolution rapide du problème peut être très gratifiante avec un service rendu important (chirurgie de cataracte ou plus simplement ablation d'un corps étranger cornéen… !).

La collaboration avec de nombreuses spécialités telles que la médecine interne, la rhumatologie, l'endocrinologie, la neurologie et la pédiatrie, enrichit notre quotidien.

L'internat d'ophtalmologie est gratifiant avec une autonomisation rapide en consultation.

Une fois diplômé, l'activité peut être libérale ou hospitalière avec la possibilité dans les deux cas d'avoir une activité intéressante intellectuellement.

Si on doit relever un point négatif : l'hétérogénéité de la répartition des ophtalmologistes sur le territoire avec d'un côté, des déserts médicaux et à l'inverse, des régions où le recrutement permettra difficilement de faire autre chose que des consultations lunettes ou lentilles…

Je ne détaillerai pas les avantages de Bordeaux, qui sont maintenant bien connus ! ;)

Formation

  1. La maquette :

Actuellement :

DES en 5 ans (1 semestre en chirurgie tête et cou : ORL, CMF, NCH, 1 semestre en médecine : santé publique, anatomopathologie, endocrinologie, minimum 4 semestre en ophtalmologie au CHU, minimum 2 stages en périphérie)

Réforme :

DES en 6 ans (10 semestres dans la spécialité au moins)

Apparition d'une sous spécialité : chirurgie ophtalmo pédiatrique et strabologique et d'une formation spécialisée transversale : chirurgie orbito-palpébro-lacrymale.

3 phases : Phase socle (2 semestres dont au moins un en ophtalmologie), phase d'approfondissement (6 semestres en ophtalmologie mais possibilité de de réaliser un stage chirurgie tête et cou ou médecine), phase de consolidation (2 stages de 1 an en ophtalmologie)

  1. Encadrement :

La formation pratique médicale est globalement bonne avec le panel de terrains de stage car il y a la possibilité de couvrir toute l'ophtalmologie sauf l'oncologie (mais cela devrait changer).

Au CHU, les internes sont en binômes pendant 3 à 6 mois avec le même chef ; les postes sont actuellement choisis par ancienneté et par classement.

Il existe toutes les semaines un staff indépendant dans chaque unité du CHU permettant de discuter des dossiers difficiles.

Les deux points négatifs sont la formation chirurgicale qui est plus limitée avec encore trop peu chirurgiens formateurs mais cela devrait évoluer prochainement avec l'arrivée d'un simulateur chirurgical au CHU. Egalement, il y a parfois trop d'obligations de service pour un retour de formation pouvant être limité.

Postes

Les terrains de stage sont divisés entre :

  • CHU de Bordeaux (environ 14 postes) répartis sur 3 unités (segment postérieur et inflammation, segment antérieur, pédiatrie-paupière)
  • CH de Dax (1 poste) : ophtalmologie générale
  • CH de Libourne (environ 3 postes) : ophtalmologie générale
  • CH de Pau (environ 4 postes) : ophtalmologie générale avec orientation rétine importante
  • Cabinet privé (2 postes) : 1 orienté segment antérieur (Ophtalmologie Foch) et 1 orienté segment postérieur (Rétine Galien)

Ceci est susceptible de varier en fonction du nombre d'internes.

Enseignement

Depuis quelques années, l'ophtalmologie est une des spécialités les plus choisie à l'issue de l'ECN. Les raisons de cette popularité sont diverses.

Tout d'abord, il s'agit d'une spécialité dite « médico-chirurgicale » et même « médico-technico-chirurgicale ».

Il existe un éventail de pathologies très vaste, bien plus que la vision donnée par l'externat et la préparation de l'ECN. De nombreux ophtalmologistes sont d'ailleurs surspécialisés : glaucome, cornée pathologique et chirurgie réfractive, pédiatrie, paupière et orbite, segment postérieur, inflammation et uvéites, neuro-ophtalmologie, contactologie, etc.

L'ensemble de la prise en charge est en évolution constante avec de nombreux outils diagnostiques (par exemple, dans les dernières évolution, l'OCT-angiographie qui permet de visualiser des vaisseaux rétiniens sans injection ou l'optique adaptative qui permet la visualisation des photorécepteurs) et thérapeutiques (allant de la voie intra-vitréenne et de ses nouvelles molécules qui devraient bientôt être commercialisées dans la DMLA aux implants rétiniens, qui sont posés dans 3 centres en France dont Bordeaux, en passant par les lasers de chirurgie réfractive et les implants dans le glaucome). En ce sens, le CHU de Bordeaux participe à de nombreuses études.

Malgré l'omniprésence de la technologie, notre spécialité permet tout de même de conserver une relation patient-médecin privilégiée, avec un examen clinique systématique, souvent la possibilité de donner un diagnostic rapide au patient et lorsqu'une thérapeutique est proposée, la résolution rapide du problème peut être très gratifiante avec un service rendu important (chirurgie de cataracte ou plus simplement ablation d'un corps étranger cornéen… !).

La collaboration avec de nombreuses spécialités telles que la médecine interne, la rhumatologie, l'endocrinologie, la neurologie et la pédiatrie, enrichit notre quotidien.

L'internat d'ophtalmologie est gratifiant avec une autonomisation rapide en consultation.

Une fois diplômé, l'activité peut être libérale ou hospitalière avec la possibilité dans les deux cas d'avoir une activité intéressante intellectuellement.

Si on doit relever un point négatif : l'hétérogénéité de la répartition des ophtalmologistes sur le territoire avec d'un côté, des déserts médicaux et à l'inverse, des régions où le recrutement permettra difficilement de faire autre chose que des consultations lunettes ou lentilles…

Je ne détaillerai pas les avantages de Bordeaux, qui sont maintenant bien connus ! ;)

  1. La maquette :

Actuellement :

DES en 5 ans (1 semestre en chirurgie tête et cou : ORL, CMF, NCH, 1 semestre en médecine : santé publique, anatomopathologie, endocrinologie, minimum 4 semestre en ophtalmologie au CHU, minimum 2 stages en périphérie)

Réforme :

DES en 6 ans (10 semestres dans la spécialité au moins)

Apparition d'une sous spécialité : chirurgie ophtalmo pédiatrique et strabologique et d'une formation spécialisée transversale : chirurgie orbito-palpébro-lacrymale.

3 phases : Phase socle (2 semestres dont au moins un en ophtalmologie), phase d'approfondissement (6 semestres en ophtalmologie mais possibilité de de réaliser un stage chirurgie tête et cou ou médecine), phase de consolidation (2 stages de 1 an en ophtalmologie)

  1. Encadrement :

La formation pratique médicale est globalement bonne avec le panel de terrains de stage car il y a la possibilité de couvrir toute l'ophtalmologie sauf l'oncologie (mais cela devrait changer).

Au CHU, les internes sont en binômes pendant 3 à 6 mois avec le même chef ; les postes sont actuellement choisis par ancienneté et par classement.

Il existe toutes les semaines un staff indépendant dans chaque unité du CHU permettant de discuter des dossiers difficiles.

Les deux points négatifs sont la formation chirurgicale qui est plus limitée avec encore trop peu chirurgiens formateurs mais cela devrait évoluer prochainement avec l'arrivée d'un simulateur chirurgical au CHU. Egalement, il y a parfois trop d'obligations de service pour un retour de formation pouvant être limité.

Les terrains de stage sont divisés entre :

  • CHU de Bordeaux (environ 14 postes) répartis sur 3 unités (segment postérieur et inflammation, segment antérieur, pédiatrie-paupière)
  • CH de Dax (1 poste) : ophtalmologie générale
  • CH de Libourne (environ 3 postes) : ophtalmologie générale
  • CH de Pau (environ 4 postes) : ophtalmologie générale avec orientation rétine importante
  • Cabinet privé (2 postes) : 1 orienté segment antérieur (Ophtalmologie Foch) et 1 orienté segment postérieur (Rétine Galien)

Ceci est susceptible de varier en fonction du nombre d'internes.

La formation théorique est actuellement limitée mais des cours de DES réguliers par visio-conférence sont en train d'être mis en place sur la grande région avec Limoges et Toulouse.

Congrès (présence minimale requise dans les services évidemment) : Congrès annuel de la société française d'ophtalmologie, Rencontres Bordelaises d'Ophtalmologie, Journées de Réflexions Ophtalmologiques, Ateliers d'Ophtalmologie Pratique, etc.

Contacts

Retrouvez le référent de la spécialité ICI

 Liens utiles

ANJO (Association Nationale des Jeunes Ophtalmologistes) :
http://anjo-ophtalmo.fr

SNOF (Syndicat National des Ophtalmologistes Français) :
http://www.snof.org

SFO (Société Française d'Ophtalmologie) :
http://www.sfo.asso.fr